• Expulsion d’une maman, ligotée, avec ces deux enfants de 6 et 8 ans vers le Kosovo le 8 mars (journée des droits des femmes !!). Quand la violence s’ajoute à l’inhumanité

 » Ce 8 mars 2019, journée internationale du droit des femmes, s’est transformé en cauchemar pour une jeune mère kosovare et ses deux enfants. Madame Toska, seule chez elle avec ses deux enfants de 6 et 8 ans encore endormis (Le papa est au travail, comme tous les matins) est effrayée quand elle entend frapper à la porte.
Elle n’ouvre pas immédiatement. Fallait-il vraiment que la PAF enfonce la porte ?
Les enfants ont été tirés de leur lit ou ils restaient cachés, pleurant en claquant les dents, terrorisés par les bruits de la porte enfoncée et les policiers qui entrent en nombre dans leur chambre. Madame a reçu l’injonction de s’habiller au plus vite sinon elle serait ramenée à l’aéroport en pyjama. »…
Une pétition à lire et à signer sur www.educationsansfrontieres.org

• La grande désillusion des migrants qui arrivent en Europe documentée par MSF

« Mieux connaitre les migrants et les réfugiés qui passent par le parc Maximilien et la Gare du Nord à Bruxelles, c’est l’idée centrale de cette étude menée par MSF. Quels sont leurs besoins, leur trajectoire, leurs projets, la façon dont ils perçoivent l’accueil en Belgique? En juillet 2018, Médecins sans frontières a interrogé 47 personnes pour en savoir plus. »…
Lire la suite sur rtbf.be

• Mercredi 27 février à 18h – Halles St François de Quimper – Conférence-débat avec Alain Mila

L’auteur du livre « Une enfance retrouvée » qui raconte l’exil de son père, petit enfant d’une famille de républicains espagnols, de Catalogne au Guilvinec en passant par Quimper.

A l’invitation de la section du PCF.

 

1939-2019 : 80 ème anniversaire de la Retirada

Après la chute de Barcelone, marquant la défaite de la République espagnole, vaincue par Franco avec le soutien d’Hitler et de Mussolini, des centaines de milliers d’Espagnols fuient vers la France.

Pour les combattants républicains, ce fut l’internement par les autorités françaises dans des camps.

Les familles furent dispersées dans divers départements.

En février 1939 un convoi de près de 700 réfugiés arrivait en gare de Quimper, ils seront hébergés à Poulgoazec en Plouhinec, au Dourdy malgré le refus du maire de Loctudy (au motif que cela ferait fuir les vacanciers !) , à Treffiagat et au Guilvinec dont les maires communistes Jean-Désiré Larnicol et Marc Scouarnec s’étaient portés volontaires pour recevoir des réfugiés dans leurs communes.

Parmi eux un enfant de 8 ans, Albert Mila, le père d’Alain Mila.

C’est au Guilvinec qu’il fut accueilli avec sa mère, sa sœur, son frère.

La solidarité ne fut pas institutionnelle, elle fut populaire.

La CGT, le Secours Rouge, le parti communiste, d’autres encore s’impliquèrent dans cette solidarité aux réfugiés.

A Quimper, l’un de ses artisans fut Julien Gracq, Louis Poirier à l’état-civil, qui était en 38-39 professeur au lycée La Tour D’Auvergne et membre de la direction de la section communiste.

Du fascisme triomphant en Italie, en Allemagne, en Espagne, à la résurgence actuelle des idées racistes, xénophobes, de la haine de l’autre ; de l’accueil des réfugiés espagnols à celui des migrants aujourd’hui, bien des questions soulevées par cette période de notre histoire européenne renvoient à l’actualité de 2019.

Cette conférence-débat sera aussi l’occasion de les aborder.

Il sera possible d’acquérir et de faire dédicacer le livre d’Alain Mila

• Pourquoi les migrants traversent la Méditerranée sans gilets de sauvetage ?

« De nombreux lecteurs questionnent la rédaction d’InfoMigrants sur la sécurité des traversées en mer Méditerranée. Une interrogation revient souvent : pourquoi les migrants, notamment les femmes et les enfants, tentent la traversée sans gilets de sauvetage ? La rédaction fait le point »
Un article à lire sur infomigrants.net en cliquant ici