• Jeudi 28 février 2019 de 20:30 au Cinéma Dupleix à l’initiative du collectif « S’UNIR POUR NE PAS SUBIR »

« Comme beaucoup de villages du sud de l’Italie, Riace a longtemps subi un exode rural massif. Un jour, un bateau transportant deux cents kurdes échoue sur la plage. Spontanément, les habitants du village leur viennent en aide. Petit à petit, les migrants et villageois vont réhabiliter les maisons abandonnées, relancer les commerces et assurer un avenir à l’école. C’est ainsi que chaque jour depuis 20 ans, le futur de Riace se réinvente.
Discussion : Avec Laurence Ansquer la productrice du film, SOS Méditerranée, Gros Plan et le collectif « S’unir pour ne pas subir » et les associations de soutien aux sans papiers locales. »

 

• SOS Méditerrannée – ONG en mer : témoins gênants

« Jumelles à la main, le marin-sauveteur scrute l’horizon des heures durant. Armé de son appareil, le photographe immortalise les faits. Le journaliste, lui, observe, interroge, analyse. Voir pour pouvoir porter secours, voir pour pouvoir raconter : sauver et témoigner, deux missions fondamentales de SOS MEDITERRANEE. Retour sur notre action de témoignage en mer, alors que l’on cherche à faire disparaître les ONG de sauvetage. »…
lire la suite sur sosmediterranée.fr

• Pas de trêve hivernale pour les adolescents étrangers – Rassemblement à Quimper le 30 janvier à 14h

Pas de trêve hivernale pour les adolescents étrangers

Un comble dans notre pays des droits de l’homme, la trêve hivernale qui doit s’achever le 31 mars 2019, selon l’article de la loi 412-6 du code des procédures civiles d’exécution, est purement bafouée par, d’une part le parquet lui même et d’autre part par le conseil départemental.

Comment imaginer laisser dehors 11 adolescents (pour ces quinze derniers jours) qui, selon l’aveu même du département, sont mineurs ?

Le Parquet, notamment Mme la Vice Procureure Mme Colobert, qui agit sous la responsabilité de Mr le Procureur Lelgouac’h ont imaginé le pire, de pousser à la roue de l’exclusion et le département l’applique.

Ces mises à la rue sont d’autant plus une aberration qu’une fois encore, la loi Taubira de 2013 n’est pas respectée. Ainsi la Vice Procureure motive ces décisions par les résultats de tests osseux, alors même que le CDAS du Finistère écrit que pour plusieurs d’entre eux «son attitude, son apparence physique sont celles d’un adolescent et n’émettent aucun doute quant à sa minorité» et que pour certains l’état civil est jugé conforme par la police des frontières. Or, la loi Taubira est pourtant claire : « les tests osseux ne doivent être entrepris qu’en cas de doute sérieux sur l’âge. »

La pratique de ces tests osseux est unanimement condamnée, ainsi, dans un avis du 23 janvier 2014, le Haut Conseil de la santé publique soutenait que « l’estimation d’un âge osseux ne permet pas de déterminer l’âge exact du jeune ». La procédure originelle des tests osseux date de 1935, étaient alors réalisés sur une population caucasienne et, de l’aveu même de ses inventeurs, ne sont pas fiables.

En juin 2014, c’est la Commission Nationale Consultative des Droits de l’Homme (CNCDH) qui, dans un avis, « recommande fermement l’interdiction des tests osseux »

Sans compter que le comité d’éthique du CHU de Brest a lui aussi condamné cette pratique : en effet, depuis quand la médecine aurait pour une de ses missions de précariser des jeunes, d’où qu’ils viennent ?

Nous condamnons sans équivoque ces mises à la rue en cette période hivernale.

Nous lançons un appel à un rassemblement devant le Palais de Justice de Quimper le mercredi 30 janvier à 14h, afin que la loi française soit respectée.

Nous demandons à la population Quimpéroise, parce que son ADN est constitué de solidarité et de bienveillance, d’y venir soutenir cet appel, aussi d’ouvrir son cœur et sa porte à 11 gamins en danger.

Contact : tempspartage29@gmail.com
www.letempspartage.net

• Pétition : Non au projet de loi Asile et Immigration !

Le candidat Macron le déclarait lors de sa campagne présidentielle : « Un homme ou une femme qui demande asile en France, qui met sa vie en danger, s’est battu pour sa liberté et celle de sa famille est quelqu’un, en vertu de nos principes, qui doit être accueilli. » (1) Un discours qui, rappelons-le, faisait alors barrage au Front national.
Le projet de loi « asile et immigration », qui a été présenté mercredi 21 février en Conseil des ministres et qui sera discuté en commission à l’Assemblée nationale au mois de mars, est pourtant loin de cette philosophie…

Lire la suite et signer la pétition sur change.org

• Samedi 2 février – Manifestation régionale à Rennes

POUR DIRE NON A LA NOUVELLE LOI CONTRE LES ÉTRANGERS :

Exilé-e-s, demandeur-e-s d’asile, dubliné-e-s, mineur-e-s, sans-papier-e-s, étranger-e-s, immigré-e-s, français-es…
tous et toutes ensemble a la
MANIFESTATION DU SAMEDI 2 FEVRIER
14 H, place de la République à Rennes

cliquer ici pour plus d’information sur la nouvelles loi sur l’asile et l’immigration

• Famille albanaise. Les Mlloja bientôt déplacés à Landivisiau

« Une décision de la DDCS oblige les Mlloja, une famille albanaise en demande de titres de séjour et vivant à Concarneau, à quitter l’hôtel où ils résident pour rejoindre un autre lieu d’hébergement, à Landivisiau. Sommés de partir en 24 heures, ils ont obtenu un sursis jusqu’à lundi. Leurs soutiens s’inquiètent. »…

lire la suite sur letelegramme.fr

• SOS MEDITERRANEE : ET MAINTENANT ?

Chers amis,

Le vendredi 7 décembre nous vous partagions notre décision de mettre fin à l’affrètement de l’Aquarius et notre volonté de trouver au plus vite un nouveau navire pour repartir sauver des vies en mer. Cette annonce a suscité de nombreuses interrogations de votre part. Nous partageons avec vous les réponses à vos principales questions et nous vous enverrons un article plus détaillé en début d’année.

« Est-ce que se séparer de l’Aquarius signifie la fin des opérations de sauvetage pour SOS MEDITERRANEE ? »

Au contraire. SOS MEDITERRANEE a été créée par un groupe de citoyens en réaction aux naufrages à répétition en Méditerranée.Sauver des vies en mer est et restera notre mission. Si nous nous séparons de l’Aquarius c’est parce qu’il n’avait plus de pavillon lui permettant de faire du sauvetage en mer et car il était menacé d’être mis sous séquestre par la justice italienne. Nous avons évalué toutes les options possibles et nous sommes convaincus qu’un nouveau navire est la meilleure solution pour repartir en mer le plus rapidement possible.

« Que vont devenir l’Aquarius et le reste de l’équipage ? »

L’Aquarius n’est pas la propriété de SOS MEDITERRANEE, il est affrété (c’est à dire loué) par l’association. Il sera donc restitué à son armateur (c’est-à-dire à son propriétaire) d’ici à la fin de l’année.

« En quoi changer de navire vous permettra de continuer vos opérations de sauvetage dans le contexte actuel ? »

Comme vous le savez, l’Aquarius était bloqué à Marseille, privé d’un pavillon lui permettant de repartir pour sauver des vies. L’option d’un nouveau navire est donc la meilleure et nous cherchons un bateau avec le pavillon d’un Etat qui soutiendra notre mission face aux pressions possibles. Le contexte opérationnel reste certes compliqué et nous avons conscience que nous pourrons subir de nouvelles attaques comme cela a été le cas pour l’Aquarius et d’autres navires humanitaires. Mais nous restons déterminés à repartir en mer dès que possible pour sauver des vies.

« Avez-vous un nouveau navire ? »

Plusieurs options sont actuellement à l’étude. Notre nouveau navire devra être de taille équivalente à celle de l’Aquarius afin de pouvoir y embarquer nos deux canots de sauvetage indispensables à nos opérations en mer, mais aussi différents espaces pour pouvoir accueillir les rescapés dans de bonnes conditions. Il est essentiel que ce nouveau bateau réponde à nos exigences en matière d’équipement et de sécurité pour réaliser des opérations de recherche et sauvetage et des activités médicales à bord. Comme vous le comprenez, nous ne pouvons divulguer d’autres renseignements sur l’état d’avancement de ces recherches afin de ne pas compromettre les négociations en cours.

« A quoi servent les dons tant que vous n’avez pas de navire ? »

SOS MEDITERRANEE est financée à 93% par des dons privés. C’est une force qui nous permet d’agir dans l’urgence et en toute indépendance. Les dons qui nous sont versés aujourd’hui vont nous servir à financer notre retour en mer car cela implique des dépenses supplémentaires pour la recherche et l’équipement du nouveau bateau. Lors de notre création il y a trois ans, c’est le soutien de milliers de citoyens qui nous a permis de réunir en quelques semaines assez de fonds pour affréter l’Aquarius et partir en mer pour sauver des vies. Aujourd’hui, nous avons besoin du soutien de tous afin d’avoir la capacité de trouver ce nouveau bateau citoyen !

« Quand pensez-vous repartir en mer pour continuer vos opérations de sauvetage ? »

Dès que possible. Notre équipe étudie actuellement plusieurs propositions afin d’identifier un nouveau navire qui soit disponible et puisse être équipé rapidement pour reprendre nos opérations de sauvetage en mer dès le début 2019.

Afin que ce nouveau départ soit possible, nous avons plus que jamais besoin de votre soutien. Votre engagement est au cœur de notre action.

Ensemble, mobilisons-nous pour relever ce nouveau défi et repartir au plus vite sauver des vies en mer !

Merci pour votre soutien,

L’équipe de SOS MEDITERRANEE
#TogetherForRescue

lire la version originale de la newsletter en cliquant ici